Quels sont les symptômes de la dépression, peut on en sortir?

Pour consulter: cliquez sur le spot
quand il est vert. Quand le spot est rouge
cliquez dessus pour laisser votre message
Un site pour comprendre et avancer dans nos relations avec les aures
Troubles & Addictions

Prendre rendez-vous

Faire un stage en ligne!



Lire... Écouter

Nos partenaires


Déclaration d’activité enregistré sous
le numéro 11 950 558 695 auprès
du préfet de région de Île de France.
Numéro SIRET: 537 590 051 00026
Code NAF: 7021Z
Dépressions - Troubles de l'humeur - Stress

Michèle Balmès - Psychothérapeute - Rendez-vous

La dépression - Vidéos et témoignages

"J’avais mal au ventre, à la tête, je ne pouvais plus manger, je ne pouvais plus sortir dans la rue, je ne pouvais parler à personne, je haïssais tout le monde y compris mes enfants, je n’avais plus aucun intérêt, aucune motivation, je pouvais rester des heures complètement amorphe, immobile, avec des crises d’angoisse terribles, incapable de faire quoi que ce soit, j’étais perdue, je n’avais plus de logique." Témoignage de Laura, étudiante 25 ans


1. Qu’est ce que la dépression

La dépression n’est pas un"mal être existentiel, ni un coup de déprime".

Le fait de se sentir triste, d’être"déprimé", d’avoir des"idées noires" ou des difficultés à dormir ne veut pas forcément dire que l’on souffre de dépression. Les moments de cafard, de "blues" de doute ou de questionnement font partie de la vie.

Pour pouvoir parler de dépression, et donc de maladie, il faut que ces "perturbations de l’humeur" soient multiples et bien caractérisées; le terme de dépression ne s’emploi pas à la légère, pour faire l’hypothèse d’une dépression, il faut une association de plusieurs symptômes spécifiques, générant une souffrance importante, inhabituelle et qu’ils se manifestent de façon quasi permanente pendant une période supérieure à deux semaines, presque chaque jour, presque toute la journée.

Qu’ils entraînent une gêne importante dans un ou plusieurs domaines de la vie quotidienne (difficulté ou incapacité de se lever, d’aller à son travail, de sortir faire ses courses…)

La dépression c’est une maladie qui entraîne souffrances et gênes; l’état dépressif se caractérise par un changement profond, une véritable rupture même par rapport au fonctionnement habituel.

Les signes de la dépression

Un ralentissement dans tous les registres de la vie quotidienne, vie affective, fonctionne- ment intellectuel, forme physique, mécanismes vitaux et corporels. Si vous avez observé chez vous plusieurs de ces symptômes, ceci constitue un signal d’alerte qui doit vous encourager à en parler avec un médecin.

Les symptômes physiques

Maux de tête, souffrance dans les articulations, problèmes digestifs, tension artérielle, interruption des règles…) et sensation de fatigue, sans avoir fait d’effort particulier, un manque d’énergie, engendrant le découragement et la douleur physique et morale. Un ralentissement général, les émotions, les pensées et les actions sont comme"engluées" par la maladie, la parole est lente, traînante.

- Troubles du sommeil, peu profond, court et peu réparateur, et une grande souffrance morale au réveil, dans d’autres cas, le sommeil est en excès, on parle alors de"sommeil refuge".

- Altération de l’appétit, les aliments semblent sans goût, la préparation des repas devient une corvée, leur composition est déséquilibrée, la perte de poids est souvent un signe important pour établir le diagnostic de la dépression, à l’inverse on observe parfois une augmentation de la prise d’aliments pouvant conduire à une prise de poids.

Hypersensibilité émotionnelle, réactions excessives aux situations de la vie quotidienne

- Tristesse inhabituelle, intense, elle n’est pas directement reliée à une cause, rien ne   l’apaise, elle se mêle d’angoisse, de pleurs sans motif et d’un sentiment de désespoir.

- Perte d’intérêt et de plaisir qui touche tous les domaines de la vie.

- Impression d’abandon, d’inutilité, de solitude, ces impressions cohabitent avec le sentiment   de ne pas être aimé des autres, de n’avoir rien à dire qui puisse les intéresser.

- Anxiété: les troubles anxieux sont fréquents en cas de dépression (attention les troubles   anxieux et dépression sont deux maladies différentes) cette peur évidente s’exprime aussi   bien dans le corps (boule dans la gorge, gêne pour respirer, douleurs dans le ventre) que   dans la tête (peurs, ruminations, sentiment de catastrophe imminente.)

Diminution de l'activité intellectuelle

Il devient difficile de réfléchir, de trouver les mots, on a l’impression d’avoir la tête vide, que le monde est devenu trop compliqué, qu’on ne saura pas s’y   adapter, y faire face, il faut faire un effort très important pour accomplir des taches qui   jusqu’alors s’effectuaient naturellement, sans y penser.

Modification du comportement de la personnalité


- Dévalorisation de soi, culpabilité, la personne qui souffre de dépression ne se sent bonne à   rien, elle se pense sans valeur, elle s’accuse responsable des événements pénibles qu’elle   vit et des émotions désagréables qu’elle ressent, elle a des difficultés à demander de l’aide.

- Pensées négatives, un pessimisme permanent retentit sur les proches et peut les décourager avec pensées autour de la mort, la sienne, celle de ses proches ou la mort en général, lié au sentiment d’inutilité et à la perte de plaisir.

- Problèmes sexuels: la sexualité est une fonction à la fois très biologique et très relationnelle, ces deux dimensions étant très perturbées dans la dépression, le désir sexuel peut disparaître, son plaisir s’estomper, le conjoint a parfois l’impression d’être délaissé, ce qui accentue la tension dans la vie de couple.

- Incapacité à éprouver du plaisir, tout paraît égal, terne, sans intérêt, la vie a perdu tout   sens, tout goût, toute couleur.


Quelles sont les origines de la dépression

Face à une dépression, on recherche souvent des explications:"pourquoi moi? Que s’est-il passé? À quoi est ce dû? Qu’ai-je fait?

Notre besoin de comprendre et de donner un sens à ce qui nous arrive est un processus naturel en particulier à l’occasion d’expériences douloureuses, il est alors fréquent d’avoir recours à des explications d’apparence vraisemblables; on évoque alors des causes externes (c’est parce que ça ne va pas dans mon travail "quand je n’aurai plus ces problèmes financiers, ça ira mieux").

Ou bien des causes internes ("c’est de ma faute", "je suis un bon à rien", "je n’ai jamais pu réussir comme les autres"…)

Pourtant ces interprétations sont le plus souvent très éloignées des "origines réelles" de la dépression. Elles constituent même un frein au processus de guérison et de soin, en nous retenant de consulter un médecin, la dépression, comme la plupart des maladies psychiques, ne provient pas d’un facteur unique: elle résulte au contraire d’un ensemble de mécanismes de diverses natures, encore imparfaitement connus, même si on sait aujourd’hui faire le lien vers les facteurs biologiques, les facteurs psychologiques, et les facteurs liés à l’environnement social et familial.

Les solutions thérapeutiques

La dépression se soigne, à condition d’en faire la démarche, bien sur…
Il est difficile de se battre seul dans son coin.

La dépression est une maladie qui pour des raisons diverses est associée à une perturbation du fonctionnement du cerveau: elle affecte l’ensemble de l’organisme ainsi que la personnalité, la volonté seule ne suffit pas pour agir sur une maladie aussi importante et complexe, un traitement est absolument nécessaire quand on souffre de dépression.

Psychothérapie, médicaments: il existe aujourd’hui des traitements efficaces souvent complémentaires adaptés à chaque personne et à l’intensité de la maladie.

La psychothérapie Qu’est ce que c’est, à quoi ça sert?


La psychothérapie est un traitement à part entière de la dépression. De nombreuses études ont permis d’en prouver l’efficacité et d’en préciser les indications; elle peut être utilisée conjointement aux médicaments antidépresseurs ou à d’autres traitements.

En cas de dépression sévère en phase active, un soutien psychologique sera proposé, mais le travail de psychothérapie ne pourra débuter qu’une fois l’intensité de la souffrance diminuée par le traitement médicamenteux.

Pendant un épisode dépressif la psychothérapie permet de mieux gérer la maladie, de réduire les symptômes et leurs conséquences, de donner du sens à ce que l’on vit et de pouvoir envisager de nouveaux projets. Ces premiers effets: un soulagement lié à une écoute adaptée, peuvent se faire sentir immédiatement; les changements durables interviennent au bout de quelques semaines.
Après la guérison d’un épisode dépressif, la psychothérapie sert aussi à prévenir la réapparition des symptômes.

La psychothérapie est fondée sur un échange de personne à personne qui s’instaure grâce à l’écoute, la bienveillance, l’absence de jugement et la compréhension du praticien, qui est tenu au secret professionnel.

La qualité de la relation, le sentiment d’être accueilli et compris dans ce que l’on vit et ressent sont des éléments déterminants de toute psychothérapie.

"C’est mon médecin généraliste qui m’a conseillé d’aller consulter, avec elle je me suis senti à l’aise, j’ai dit des choses dont je n’avais jamais parlé avant. Parler à une professionnelle expérimentée ça m’a fait du bien". Laurent, employé de la métallurgie, 42 ans.

Lectures recommandées

- Comprendre la dépression pour en guérir - Muriel Bertrand-Servais
- La dépression- Dominique Barbier
- Dépression - Alain Gérard


Témoignages et vidéos

"O Seigneur, ouvre moi les portes de la nuit
Afin que je m'en aille et que je disparaisse" (Victor Hugo)


Personnes dépressives et leur guérison

Dans l'aile psychiatrique de l'hôpital, un homme décrit le sentiment de dévalorisation qui l'assaille en permanence: désintégration de l'esprit, de la volonté et de l'identité. Il est conscient, il se voit baisser. Irritabilité, colère, diminution de l'esprit logique, de la mémoire, de la concentration.

Sentiment de n'être bien nulle part, ni avec personne, et surtout perte d'espoir, ce qui est le plus douloureux: un dépressif ne croit absolument pas à sa guérison, il est convaincue que sa souffrance va durer tant que dure la vie...


La mort devient vite la seule issue possible pour faire cesser cette souffrance. Et en même temps, difficulté à passer à l'acte, pas un désir de se tuer, mais un désir de faire cesser la dépression, dormir, longtemps...

Au début de la crise, ce n'est pas le moment de commencer une psychothérapie.
L'urgence est d'être pris en charge, de commencer un traitement, le plus vite possible.
Ensuite seulement, lorsque le traitement commence à faire de l'effet, ensuite on commencera un travail thérapeutique. Pour prendre rendez vous cliquez ICI



La dépression et l'activité cérébrale - Rôle de l'amygdale dans la gestion du stress

La fonction de l'amygdale est de permettre de réagir face au danger; pour ce faire, elle va couper l'accès du cerveau à la capacité de raisonner, car celle ci ralentirait la prise de décision.

Chez les dépressifs, l'amygdale est anormalement active, comme si la personne gérait une urgence en permanence. Cette sur activité maintient un stress chronique sur lequel le cerveau perd tout contrôle.

Lorsque le sujet est en bonne santé le stress provoque l'activation de l'hippocampe.
Mais quand l'amygdale est trop longtemps active, elle fini par détruire l'hippocampe qui ne peut plus jouer son rôle de régulariser: le cerveau est envahit par les émotions en permanence. Ni volonté, ni recul, ni raisonnement. La psychanalyse et la dépression. Les antidépresseurs: un béquille nécessaire au début de la dépression.



Le stress ou le syndrome d'adaptation - Comment le diminuer

Le stress est un processus d'adaptation par rapport a une situation nouvelle. Si on répète les situation stressante, le degré d'anxiété baisse. Nous réagissons tous différemment au stress, selon l'expérience que nous avons eu, et comment nous y avons fait fasse, comment on s'est adapté.

Sueur, palpitations, nœuds au ventre la première fois que l'on fait fasse à une situation de stress; lors de la répétition de la même situation ne provoque plus les mêmes symptômes.

Lorsque nous faisons face plusieurs fois à la peur, et que nous nous adaptons, le cerveau va s'adapter et réagir positivement: vous ne serez plus victime du stress:)

Pour prendre rendez vous cliquez ICI



Les symptômes du stress


Problèmes digestifs, nuque et épaules tendues, migraines, faible confiance en soi,inquiétudes, agitation, perte de la joie naturelle, mélancolie, baisse de la libido, difficultés relationnelles, de la concentration, consommation de sucreries, alcool, drogues, difficulté à mener a bien des projets.





Autres sites web et vidéos

=> Différents traitements possibles selon la dépression
=> caractéristiques de la dépression, l’anxiété. Tristesse, absence de perspective d’avenir, sentiment d’échec, ralentissement psychomoteur...

Cliquez ici pour prendre rendez-vous avec Mme Balmès

Google




Copyright © 2010- 2015

Création de site web